Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

 

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 15 mars 2001

Article précédent                                                                               Article suivant

Tornos s'est redressé grâce à une stratégie originale

Le Capital Humain entre en bourse

Tornos, une entreprise qui a frisé la faillite il y a 5 ans, a fait mardi 13 mars son entrée en bourse. Une des raisons de ce redressement spectaculaire: une stratégie centrée sur les valeurs humaines.

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

Lorsqu'ils débarquent dans une entreprise, qu'elle soit saine ou moribonde, les consultants des grands cabinets de conseil arrivent avec un concept simple, décliné sous plusieurs formes: "réduire les coûts". A l'examen de la structure de l'entreprise, surprise! Une des ressources les plus mobiles, dont on peut le plus facilement disposer, est la ressource humaine. Ce concept se mue donc en un dérivé: "réduire le personnel". C'est le même concept qui est utilisé lors de fusions ou restructurations sous l'appellation plus prometteuse de "réduire les doublons".

Quelle est la conséquence des remèdes prônés par ces Diafoirus d'entreprise? La société est saignée. Si elle n'est pas malade, elle s'affaiblira rapidement par la perte de son savoir-faire et des énergies de ses employés. Si elle est malade, on l'envoie aux soins palliatifs. Malgré une rémission plus ou moins longue, l'issue fatale est quasiment inévitable si l'entreprise persiste dans cette voie.

Lorsqu'il est arrivé chez Tornos en 1995, Anton Menth n'a pas voulu suivre cette logique standardisée. De formation scientifique - il a enseigné la physique à l'EPFZ – il est peu sensible aux modes lancées par les écoles de management. En outre, il savait qu'une recette fonctionnant dans un certain contexte n'allait pas forcément réussir dans un autre contexte, fut-il analogue. De plus, il a un esprit critique développé: "Comment faire confiance à un professeur de management qui n'a jamais fait de management, qui a de la peine à gérer une secrétaire, et ne se fie qu'à des théories?" interroge-t-il.

Son approche empirique est libérée de toute tendance "mode" de gestion. Elle est construite à base de bon sens et de respect de ceux qui permettent le succès: les employés. Le personnel n'est plus considéré comme une ressource au même titre qu'une machine ou qu'un portefeuille de titres. C'est un ensemble de personnes, chacune d'elles possédant des capacités uniques et un savoir-faire spécifique. Ce sont elles le véritable capital de la société.

Une entreprise est un ensemble d'échanges entre direction et employés: la première assure aux seconds un salaire en échange de travail, et les seconds assurent la prospérité de l'entreprise en échange de respect et de considération. Une vision réductrice et manichéiste? Certes, mais la caricature permet de mettre en évidence les traits les plus marquants.

La prospérité d'une entreprise passe aussi par le bien-être de ses employés. Mettez-leur une épée de Damoclès sur la tête, et vous verrez augmenter les taux de défauts et les plaintes de vos clients. Mais il ne s'agit nullement de basculer dans l'autre extrême, tout est dans l'équilibre: en connaissant les aspirations des employés, on arrive à trouver cet équilibre bénéfique, tout comme on arrive à réaliser des stratégies couronnées de succès quand on colle aux désirs des consommateurs.

La clé de la réussite selon Anton Menth est d'associer réellement les employés aux décisions de l'entreprise, de leur donner un rôle actif, en vertu du principe que ce sont eux les experts, et que la tâche du directeur est celle d'un chef d'orchestre. Son credo: "La réussite est un ensemble de détails qui doivent être justes en même temps".

Certains qualifieront cette approche de paternaliste. Et alors? Un père est-il nuisible à la bonne marche d'une famille? Un père empêche-t-il la cohésion familiale? Est-il néfaste qu'un père se soucie de la santé et du développement des membres de sa famille? Bien sûr que non! Et rappelez vous que le modèle de la famille appliqué à la société dans son ensemble a engendré le Confucianisme, auquel on peut attribuer (au moins en partie) la réussite de bon nombre de pays asiatiques.

Pour Anton Menth, le management ne s'apprend pas à l'école. Mais ne pourrait-il pas enseigner aux grands cabinets de conseil que la réussite passe, non pas par la réduction du personnel, mais au contraire par sa motivation? Il montre de toute façon que, si son capital est à l'étroit pour financer la croissance couronnant la réussite de ses techniques managériales, son ouverture d'esprit est large.

 

Pour voir la performance du titre Tornos, cliquez ici et tapez Tornos dans le champ de recherche.

 Article précédent                                                                               Article suivant

Retour au sommaire Presse

Last updated : 09 June 2007

Francité