Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

 

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 17 mai 2001

Article précédent                                                                               Article suivant

Le concept de qualité totale est largement adopté par le monde de l'entreprise.

Quelle est la place du client dans la qualité totale?

Nombre d'entreprises possèdent maintenant une certification ISO. Cependant, si les processus sont intégrés à la démarche de qualité, les clients semblent parfois oubliés.

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

Dans le monde de l'entreprise, il existe trois attitudes vis-à-vis de la démarche de qualité totale aboutissant à une certification ISO: tout d'abord, les sociétés qui considèrent ce cheminement comme un mal nécessaire, imposé par des clients qui ne veulent plus que des fournisseurs certifiés. A l'opposé, pour certaines entreprises, la certification est une occasion unique de revoir les processus internes et externes, afin d'améliorer la performance des opérations. Le troisième groupe est constitué de sociétés considérant la certification comme inutile, soit que leur domaine d'activité ne le requière pas, soit que leur taille soit trop petite.

Toute démarche de qualité totale comporte une étape préalable d'analyse des processus. Cette analyse est généralement centrée sur les aspects internes des opérations, sur le fonctionnement de l'entreprise. Cette attitude, toute à fait logique par ailleurs, conduit, sinon à l'omission des processus impliquant le client, du moins à la limitation de l'examen aux plus évidents de ceux-ci. Les étapes de réalisation d'offres, de prise de commande et de facturation sont systématiquement traitées, de même que les réclamations portant sur les défauts des produits. Le cas des doléances portant sur des étapes dont l'entreprise n'a pas une totale maîtrise (livraison, mise en service par le client par exemple) est plus délicat et difficile à formaliser.

Ce qui manque le plus souvent est une mesure "totale" de la qualité. Selon Peter Drucker, "c'est le client qui juge si l'entrepreneur a ou non réussi". De même, ce sera le client qui jugera du degré de qualité assuré par l'entreprise. Il utilisera des critères aussi bien techniques et mesurés que subjectifs liés à son échelle de valeur. Une mesure "totale" de la qualité devra donc tenir compte autant des aspects techniques que des éléments perceptuels de la part du client.

Au cours de l'étude de la perception d'une PME industrielle par ses clients, celle-ci était persuadée d'être bien notée sur le critère qualité. Une certification ISO, des normes respectées, des taux de panne faibles correspondant aux spécifications, la société se considérait comme un modèle en matière de qualité. Du côté des clients, la qualité était systématiquement mentionnée comme peu satisfaisante. Pourquoi cette différence? Si la qualité technique des produits était reconnue, les griefs portaient surtout sur l'absence de notification des retards de fabrication. Tous les clients comprenaient de tels problèmes, mais voulaient être tenus au courant pour adapter leur propre planification. Des mesures correctrices purent rapidement être mises en œuvre, mais, sans cette analyse de perception, l'entreprise aurait pu subir d'importants préjudices.

Les éléments perceptuels sont toujours difficiles à évaluer. Seule une discussion ouverte avec les clients permet de faire une analyse efficace des critères d'évaluation de qualité et de performance.

Comme pour toute démarche impliquant le client, la culture d'entreprise est déterminante. L'entrepreneur "qui-sait-mieux-que-ses-clients-ce-qui-est-bien-pour-eux" ne sera jamais en mesure de mettre en place une stratégie centrée sur les besoins et attentes du client. Une définition trop étroite de son champ d'activité conduit au même type d'échec. A cet égard, l'attitude de Swisscom est symptomatique. Un client qui avait subi 10 mois durant des doubles facturations, des factures ne concernant aucune prestation réelle et des sommations pour des factures prétendument annulées par la Direction, s'est vu répondre que l'opérateur ne pouvait être tenu responsable des problèmes de comptabilité, sa responsabilité se bornant à permettre les communications! Mépris du client ou myopie managériale? Gageons seulement que la qualité perçue de la piètre performance de l'opérateur historique aura poussé le client dans les bras de la concurrence.

Une démarche de qualité totale doit permettre à l'entreprise d'assurer des prestations que le client va identifier comme des prestations de qualité. C'est pourquoi, outre les aspects techniques, il est important de tenir compte également des éléments subjectifs formant le jugement des clients.

Article précédent                                                                               Article suivant

Retour au sommaire Presse

Last updated : 09 June 2007

Francité