Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Calendrier

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse
Nouveau !

Sondage

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 20 juillet 2000

Article précédent                                                                               Article suivant

L'existence du statut de fonctionnaire est remise en question.

New Public Management: une simple question de statut?

Le rapprochement des administrations et des citoyens passera assurément par un changement. Mais ce sera plus un changement de mentalité que de statut.

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

Réaction de Mme Calmy-Rey, conseillère d'Etat:
Genève et la fiscalité (courrier des lecteurs, 2 août 2000)

Les adeptes du New Public Management mettent un grand espoir dans la suppression du statut de fonctionnaire. Ce changement permettra-t-il à lui seul de rapprocher les services administratifs du citoyen? Probablement pas s'il n'est pas accompagné d'un radical changement de mentalité: il faut passer du féodalisme à la démocratie !

Le féodalisme est causé par l'exploitation d'une situation de monopole. Prenons l'exemple de la responsable des finances genevoises, qui veut soumettre à la gabelle calviniste les manants travaillant sur son territoire et ayant l'outrecuidance de franchir, avant la tombée de la nuit, le pont-levis de la Cité pour regagner la campagne du royaume voisin où ils ont choisi d'élire domicile. En persistant dans sa volonté de taxation, en dépit du jugement de l'Etat Fédéral auquel la Cité a pourtant juré allégeance il y a quelques décennies, la République genevoise veut imposer sa souveraineté et son pouvoir sur ces serfs, considérés comme taillables et corvéables à merci.

Une vision passéiste et peu réaliste? Pas vraiment. Dans ce cas, l'Administration agit en tant que monopole, sa seule stratégie étant l'affirmation de son pouvoir absolu. Sa relation avec le citoyen est une relation de force, peu différente dans le fond de celle entre le suzerain et ses serfs, bien que la forme ait quelque peu évolué.

Cette culture monopolistique serait-elle affectée par la suppression du statut de fonctionnaire? Même si les prévisions sont difficiles, il est douteux que le changement de statut des employés de base soit en mesure d'affecter la "culture d'entreprise" dictée par les têtes de l'Etat. Cette relation de pouvoir a toutes les chances de perdurer sans un changement radical de mentalité.

Une approche démocratique de la relation avec l'administré constitue certainement la solution. En reconnaissant au citoyen le droit du libre choix du lieu de travail et de domicile, on admet qu'il puisse fonder ses choix en fonction de critères d'attractivité de conditions-cadre, et en fonction de son évaluation personnelle du rapport coûts/bénéfices. En fait, cette approche reconnaît à l'administré le droit de faire usage de son libre-arbitre, et de l'exprimer. En examinant l'exemple "féodal", il appert que les ci-devant manants ont évalué le rapport coûts/bénéfice de façon défavorable pour la Cité.

Cette approche passe aussi par la prise de conscience de l'Administration qu'elle est placée dans un environnement concurrentiel! En effet, l'administré peut choisir des solutions alternatives. On n'est de fait plus dans une situation monopolistique.

Quelles implications pour les Administrations a cette approche démocratique ? En reprenant l'exemple fiscal, il est bien entendu que l'objectif ces services est la perception de différentes taxes propres à assurer le fonctionnement de l'Etat. Simplement, plutôt que d'avoir une relation de pouvoir, la nouvelle relation s'articule autour d'un échange: l'administration facilite les choses au citoyen, en lui fournissant renseignements fiables, conseils et prestations de qualité, en accord avec les besoins de l'administré. Si la finalité est toujours la perception de taxes, on tente d'établir un contact mutuellement bénéfique.

Cette nouvelle approche passe aussi par la création de conditions-cadre correspondant aux aspirations du citoyen, contribuant à donner une valeur à l'établissement dans le canton considéré, et à rendre le rapport coûts/bénéfices plus favorable pour le citoyen.

Enfin, la transparence et la justification des décisions est essentielle : plutôt qu'imposer, pourquoi ne pas expliquer et donner les arguments retenus pour fonder la décision? L'administré n'a ainsi plus la détestable impression d'avoir affaire à une décision arbitraire, toujours préjudiciable à une relation de confiance.

L'abolition du statut de fonctionnaire sera-t-elle donc sans effet ? Sans doute, si les têtes pensantes des administrations n'adoptent pas une stratégie "démocratique". Cependant, l'expérience montre que le changement de statut a un effet de catalyseur bénéfique, permettant la révélation de l'existence de souhaits et de désirs de la part de l'administré.

Article précédent                                                                               Article suivant

----------------------------   Réaction à cet article  -------------------------------
                        Courrier des lecteurs, 2 août 2000

Genève et la fiscalité

Dans l'article intitulé. "New Public Management: une simple question de statut?" votre chroniqueur se permet des attaques aussi violentes qu'injustes à l'encontre du Département des finances genevois. Je ne peux l'accepter. En effet. la volonté de parvenir à un accord avec le canton du Vaud pour obtenir un partage équitable de l'impôt entre lieu de travail et de résidence est une cause légitime qui ne mérite pas tant de sarcasmes. Ce sont au contraire ceux qui refusent les collaborations et le partage fiscal, vivant dans un monde cerné par des frontières cantonales érigées en mur qui minent une bataille perdue. Notre combat reprend d'ailleurs le principe déjà en vigueur à travers l'accord que Genève - et, ironie de l'histoire, également le canton de Vaud - a trouvé avec leur voisin français. Il s'agit bien d'une question de justice fiscale et non d'une supposée démonstration de force de notre République. L'Europe, dans ses pratiques, donne raison à la vision genevoise Le point de vue de notre canton est progressiste. L'avenir nous donnera raison.

Micheline CALMY-REY, conseillère d'Etat

Article précédent                                                                               Article suivant

Retour au sommaire Presse

Last updated : 09 June 2007

Francité