Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 24 octobre 2002

Article précédent                                                                               Article suivant

L'attitude des banques par rapport au média Internet va-t-elle changer?

Internet: le retour de "l'arrogance marketing"

Naguère présenté comme une manière d'offrir de nouveaux services aux clients, Internet se transforme-t-il en source de revenus directs pour certaines banques?

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

L'arrivée du télébanking, puis du e-banking, dans le paysage des services bancaires a permis aux banques de fournir des services étendus tout en diminuant leurs coûts. On était alors en présence d'une véritable relation "win-win" où chacune des parties est gagnante: d'une part le client pouvait accéder aux données de son compte vingt-quatre heures sur vingt-quatre et passer en tout temps des ordres de paiement ou de bourse, tout ceci depuis son domicile ou son travail, donc sans être obligé d'être physiquement présent dans une agence bancaire et en évitant les longues et ennuyeuses files d'attente. D'autre part, la banque réalisait de substantielles économies: les saisies étaient effectuées par le client lui-même, sans avoir besoin de personnel supplémentaire. De plus, ceci a permis de remodeler les agences afin de ne plus fournir à la clientèle que des services rentables, les opération courantes étant automatisées. En outre, afin de décider les clients à se convertir à cette nouvelle manière de gérer ses relations bancaires, la gratuité des frais leur était accordée. Au début du télébanking (qui transitait par le désormais défunt vidéotexte, l'ancêtre helvétique de l'Internet), une banque régionale alla même jusqu'à créditer une petite somme pour toute opération effectuée par ce média!

L'utilisation d'Internet pour le trafic des paiements a-t-elle eu le succès escompté par les banques? Des chiffres en la matière sont difficiles à obtenir, et la majorité des banques sont peu loquaces sur la pénétration de ce moyen de gérer la relation bancaire. En tenant compte des chiffres publiés par les caisses Raiffeisen et ceux mentionnés lors d'un First Tuesday par le Credit Suisse, on peut estimer que 10 à 20% des clients bancaires font régulièrement leurs transactions par Internet. On peut dès lors comprendre le peu d'entrain mis à communiquer les chiffres réels…

Le nombre d'internautes ayant succombé aux sirènes de l'e-banking n'est-il pas suffisant, et donc les économies prévues n'arrivent-elles pas à financer les investissements consentis en technologies de l'information? Est-ce à cause de l'effondrement des bourses mondiales et de la perte des revenus tirés des transactions sur ce marché? Le fait est que l'UBS a décidé de rompre le modèle de la relation mutuellement profitable en taxant les transactions effectuées par Internet. Pourquoi accorder à ses clients des avantages alors que l'accès à des services bancaires à toute heure du jour et de la nuit pourrait constituer une source de revenus?

L'optique de gestion purement financière a encore frappé! La perspective de revenus prime toute autre considération, fut-elle la conservation d'une relation de confiance avec sa clientèle, sacrifiée sur l'autel des petits sous à grignoter. Exit la relation "win-win", bonjour le retour du rapport de force et du mépris du client, mépris manifeste si l'on examine comment la banque a communiqué ces changements à ses clients. Si les titulaires de comptes courants ont reçu l'information avec leur relevé de septembre, la majorité des détenteurs d'un compte privé géré exclusivement par Internet n'ont été prévenus que par la lecture de la presse. En effet, les liens dirigeant l'internaute vers l'information de l'existence de nouveaux tarifs n'étaient présents qu'au bas de la page confirmant la bonne fin de la session de e-banking, bas de page situé hors d'un écran n'ayant pas la haute résolution nécessaire. Etrange pratique de ne pas avertir directement les clients les plus concernés…

Certaines entreprises pensent qu'elles maîtrisent le marché et décident seules du comportement du consommateur. De fait, elles nient au client la capacité d'agir en adulte responsable. En stratégie d'entreprise, cette déviance se nomme "arrogance marketing". Un porte-parole de l'UBS, cité par un journaliste du Temps, est convaincu que "les autres [banques] finiront par nous suivre." Cette croyance d'être le leader du marché que tous vont s'empresser d'imiter, quitte à mécontenter leurs clients, est une bonne illustration de ce type d'arrogance. Ou serait-ce le signe de l'existence d'ententes de type cartellaire? La réaction des concurrents dans les prochains mois nous apportera une réponse.

Article précédent                                                                               Article suivant

Retour au sommaire Presse

Last updated : 09 June 2007

Francité