Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Calendrier

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse
Nouveau !

Sondage

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 21 décembre 2000

Article précédent                                                                               Article suivant

Une étude montre le lien entre formation et performance boursière

La formation des employés bénéficie aux actionnaires

Si le fait que la formation améliore la compétitivité d'une entreprise est largement reconnu, ce poste était considéré comme une dépense pure. Une étude permet de mesurer le retour sur l'investissement dans le capital humain.

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

L'ASTD (American Society for Training and Development, http://www.astd.org) est une association professionnelle regroupant plus de 70'000 spécialistes de la formation en entreprise dans le monde entier. Une de ses activités est de collecter des informations sur les pratiques en matière de formation continue, au travers de son service de benchmarking.

Avec les résultats ainsi collectés sur 575 sociétés américaines, l'ASTD a examiné si l'on pouvait mettre en évidence un lien entre les dépenses de formation et le profit global de l'actionnaire (TSR, Total Stockholder Return), calculé en cumulant les dividendes avec les modifications du cours de l'action.

La corrélation entre investissements en formation et TSR est forte. Si on les compare avec un TSR moyen de 26% pour les entreprises de l'indice Standard and Poor's 500, les sociétés investissant le plus en formation voient leur TSR atteindre 37% en moyenne, alors que le TSR de celles investissant le moins plafonne à 20%.

Les sommes investies dans la formation peuvent beaucoup varier : de US$ 1'600 par employé et par an en moyenne pour les entreprises du quart supérieur de l'étude, elles peuvent descendre à US$ 130 pour la moyenne du quart inférieur!

Conscients que ces résultats pouvaient être attribués à d'autres causes, comme l'influence de mesures de rationalisation, l'ASTD a employé un modèle statistique sophistiqué. A l'aide de celui-ci, le facteur "éducation" permet d'expliquer à lui seul plus de la moitié de l'augmentation du TSR. Bien entendu, la formation va aussi influer indirectement sur le TSR à travers d'autres indicateurs de performance reconnus par le marché, comme, par exemple, le faible taux de rotation du personnel.

Les entreprises recourant le plus intensivement à la formation sont celles actives dans le domaine des technologies de l'information. De même, les matières les plus couramment enseignées sont celles ayant trait à ce domaine. Cette observation n'est pas surprenante, étant donné la rapidité avec laquelle les technologies évoluent dans ce secteur. Notons cependant que la formation porte aussi bien sur les enseignements techniques de pointe à l'usage des spécialistes que sur la formation de base pour tout employé utilisateur d'informatique.

Comment se situe le e-learning ? Une observation préliminaire de cette étude montre que la formation dispensée par le canal d'Internet ou par celui du réseau interne à l'entreprise semble être moins efficace que le traditionnel enseignement en classe et en groupe. Cependant, le e-learning est bien plus économique. Cependant, cette discipline ayant encore besoin de mûrir, ces résultats seront affinés lors d'une prochaine étude.

L'implication de cette étude est importante: pour une fois, on est capable de montrer une relation entre investissements dans le capital humain (généralement regardés par les gestionnaires comptables comme de pures dépenses) et la performance boursière de l'entreprise, c'est-à-dire la satisfaction de celui qui est considéré par certains comme l'acteur le plus important d'une société, l'actionnaire.

Cette considération a poussé l'ASTD à entamer des actions de lobbying auprès de la SEC (la "Federal Securities and Exchange Commission", l'organe de surveillance de la bourse américaine) afin que les dépenses de formation soient explicitement mentionnées et intégrées dans les données publiées dans les rapports financiers trimestriels et annuels des sociétés cotées. En raison de la corrélation entre ces investissements et la performance des entreprises, ces informations sont de celles qui permettent aux analystes d'évaluer la qualité d'un portefeuille.

Si cette étude permet de montrer le chemin pour une mesure tangible de la valeur du capital humain, celui-ci reste difficile à évaluer. Néanmoins, l'ASTD propose quelques outils sur son site Internet, en particulier le service de "benchmarking" qui permet de situer votre entreprise par rapport à celles qui ont déjà rempli un volumineux questionnaire.

Et si le financier au cœur rempli de chiffres comprenait que la véritable richesse d'une entreprise réside en son capital humain, le prochain millénaire ne s'ouvrirait-il pas sous de favorables auspices?

 

 Article précédent                                                                               Article suivant

Retour au sommaire Presse

Last updated : 09 June 2007

Francité