Conseil et formation marketing, marketing Internet et audit de site Web, librairie spécialisée

Les favoris de CatalyzNet   :
Audit Web / Web audit Cours / Ongoing training Librairie / Bookstore
        

Bienvenue chez
CatalyzNet

English version

Accueil

CatalyzNet

Prestations

Bibliothèque

Tests & diagnostics

Références
    Presse

Votre avis

Liens

Rechercher...

Réservé aux partenaires

Contactez-nous!

Demande de renseignements

Carte du site

 

agefi-logo.jpg (6762 octets)        Agefi, Repères, 20 décembre 2001

Article précédent                                                                               Article suivant

Comptes de Noël

Depuis quelques mois, l'atmosphère au sein de Father Xmas Inc. était morose. Tout avait commencé avec l'arrivée du nouveau directeur, Vladimir Natas.

Jean-Christophe Zwick (associé de CatalyzNet, Genève)

Ce jeune diplômé de la Bhaward Business School avait décidé de bouleverser les habitudes centenaires de cette entreprise naguère familiale. Pour lui, Father Xmas Inc. (FXI) devait prendre l'incontournable virage de la globalisation, comme toute entreprise à vocation internationale.

Avec ce jeune loup étaient apparues chez FXI les notions de profit, de rentabilité et de shareholder value. Pour une société qui, deux cent soixante trois ans durant, ne s'était jamais considérée à but lucratif et avait cependant réussi à disséminer le bonheur dans le monde entier, le changement était rude.

Ce jeune directeur calquait ses transformations sur les recommandations des consultants de Lancelot Grimm, la fameuse entreprise internationale de conseil. A les croire, il semblait miraculeux que l'entreprise ait réussi à durer près de trois siècles. En revanche, une chose était sûre: la société ne survivrait pas un an de plus sans changements en profondeur!

Une des premières recommandations concernait la période d'activité de la société: la concentration des affaires en décembre entraîne de considérables problèmes de logistique et de stockage. En outre, à cette période, le personnel temporaire est rare et cher. La solution s'impose d'elle-même: répartir les activités sur la totalité de l'année en éduquant les clients à fêter Noël à des périodes différentes, selon un tournus régional bien déterminé et répété d'une année sur l'autre. Une bonne campagne de communication suffirait à convaincre les clients des avantages de cette répartition. Ceci permettrait également à FXI d'étendre ses activités dans le domaine des voyages organisés, permettant ainsi à chacun de fêter plusieurs fois Noël dans l'année dans des lieux différents.

Ensuite, le traitement manuel des courriers envoyés au Père Noël par les enfants est archaïque et beaucoup trop coûteux. Il suffirait de créer un site Internet, avec commande électronique, traitée automatiquement par des ordinateurs non syndiqués, afin d'éviter de gaspiller des frais de personnel aisément remplaçable.

Néanmoins, les principaux problèmes sont d'ordre logistique. Tout d'abord, la localisation de l'entreprise au fond de la Laponie est très pénalisante et influe très négativement sur les coûts de transport. Un déménagement dans la banlieue industrielle de Rotterdam ne présenterait que des avantages: une situation au centre de l'Europe, à proximité de centres de distribution d'entreprises de courrier rapide, un accès à la mer dégagé toute l'année et un personnel habitué au management multiculturel.

De plus, est-il vraiment nécessaire de conserver cette armée de livreurs dans leur accoutrement suranné? Qui veut encore porter cette longue houppelande rouge et s'affubler d'une fausse barbe blanche? En sous-traitant la distribution des paquets à des entreprises spécialisées, on n'économiserait pas seulement sur les frais de costumes, mais aussi sur l'entretien des rennes et des traîneaux, de plus en plus usés en raison du manque chronique de neige. Et au cas où une équipe de distribution serait nécessaire, une flottille de Glassa, la petite voiture branchée, serait tout aussi bonne tant pour le transport que pour l'image de marque, surtout conduite par de jeunes livreurs en tenue mode et pratique.

Vladimir en était persuadé: FXI devait s'engager résolument sur la route du progrès tracée par les spécialistes de Lancelot Grimm, sans se retourner sur un passé, certes glorieux, mais dépassé à l'aube du troisième millénaire.

Il était décidé, et pressa le bouton de l'interphone pour appeler son assistante. Son cœur frémit. Si les chiffres n'éveillaient en Vladimir aucun sentiment, il n'en allait pas de même pour Mademoiselle Judith. Cette jeune fille au teint diaphane, à l'éclatante blondeur, était pour lui un mystère: malgré sa jeunesse, elle semblait avoir toujours travaillé chez FXI et en connaissait tous les rouages. C'était l'archétype de la parfaite assistante.

A mesure qu'il dictait le communiqué de presse destiné à clamer à la face du monde les nouvelles stratégies de FXI, il guettait du coin de l'œil les réactions de sa collaboratrice. Elle ne montrait aucun signe de réprobation perceptible mais, à mesure que Vladimir annonçait le démantèlement de FXI, la clarté qui émanait d'elle se faisait de plus en plus aveuglante. Une fois le texte terminé, elle se leva sans un mot, contourna le bureau en direction de Vladimir et lui prit la main. Il ressentit une profonde chaleur l'envahir. Son cœur battait la chamade. Petit à petit, il s'effaçait de son bureau. Il le quittait pour se plonger dans le monde réel…

Ce qu'il vit l'ébranla dans ses certitudes. Partout ce n'était que rires d'enfants caressant les rennes des livreurs, ou glissant leurs petites mains malhabiles dans les boucles des barbes blanches réglementaires, partout les yeux scintillaient dans la perspective du moment tant attendu de l'ouverture des paquets. A la fraîche piqûre des flocons de neige de Laponie, tous répondaient par un sourire. Du monde froid des chiffres, Vladimir était passé dans celui, chaleureux, du bonheur des êtres humains. "Mais bien sûr" se dit-il, "où sont les humains dans le rapport de Lancelot Grimm? Nulle part! Les chiffres ne sont pas capables d'inspirer d'autres sentiments que cupidité et envie, alors que l'imagination, la créativité, l'émerveillement sont tous des sentiments humains. Et la vocation de FXI a toujours été de satisfaire les aspirations de bonheur de ses clients. L'avenir de la société est dans l'humanité, imparfaite mais si généreuse!". Il s'aperçut qu'il avait parlé tout haut. Inexplicablement, il était à nouveau dans son bureau. Il se tourna vers son assistante. La fée avait disparu, remplacée par une pluie de flocons de neige dorés. Vladimir déchira le rapport des consultants.

Dès ce jour, il vécut heureux et eut beaucoup de bénéfices.

Article précédent                                                                               Article suivant

Last updated : 09 June 2007

Francité